13/07/15

La vidéo verticale Snapchat est-elle la plus grande révolution vidéo ?

Décryptages

Depuis près de 10 ans, les groupes audiovisuels subissent un tsunami de ruptures multipliant les écrans, les plateformes, les usages et les modèles économiques.

Sur les programmes TV, le replay a permis aux clients de choisir les horaires de visionnage de leurs émissions. Puis, Netflix a révolutionné la programmation en y ajoutant la recommandation individuelle.

Sur les contenus courts, Youtube atteint des audiences colossales sur les extraits TV et a généré de nouvelles formes d’écritures courtes, dynamiques et sans contextualisation (Studio Bagel, Golden Moustache, Nouvelles écritures FranceTV, …). Fin 2014, l’autoplay Facebook a bouleversé ce modèle en générant « encore » un nouveau format vidéo : plus exigeant en pertinence des premières secondes (après 15 secondes, 66% de l’audience a déserté) et en capacité d’être regardé sans son (autoplay « muet »). Les chaînes TV qui finalisent à peine leur apprivoisement de Youtube, doivent imaginer aujourd’hui la meilleure manière d’adresser Facebook éditorialement (et économiquement).

 

La domination annoncée de la vidéo verticale

Cependant, l’ultradomination annoncée des écrans mobiles (déjà plus de 30% du temps passé sur écran mobile, desktop, TV) va encore générer une rupture vidéo.

Comme le mobile se consomme avant tout verticalement, Snapchat  a créé un nouveau format simple et logique : la vidéo verticale.

En effet, la consommation de vidéo sur mobile commence en général verticalement et finit quelques fois horizontalement.

Qui n’a jamais regardé une vidéo en maintenant son mobile vertical et en n’utilisant qu’un tiers de son écran ? Quelle est la dernière fois que vous avez basculé votre écran horizontalement pour finir une vidéo Youtube, Facebook ou autre ?

N’auriez-vous pas préféré la regarder verticalement en profitant de la totalité de votre écran ?

 

Peut être la plus grande révolution de la vidéo sur Internet

La vidéo verticale challenge chaque étape de la chaîne de production.

Une nouvelle écriture sans contexte : raconter une histoire nécessite souvent un plan large pour mettre en valeur le personnage principal. Le mode vertical ne le permet pas et nécessitera a priori des écritures beaucoup plus simples ou beaucoup plus mouvantes pour expliciter l’environnement avant de revenir sur le personnage principal.

La captation verticale avec des caméras traditionnelles ?

Actuellement, les caméras filment en format paysage et contrairement aux appareils photos elles ne sont pas imaginées pour être portées horizontalement.

La refonte de l’ergonomie des outils de montage 

Il sera possible d’utiliser un outil de montage traditionnel pour travailler la vidéo verticale. Mais, l’ergonomie de ces outils a été imaginée pour éditer des vidéos horizontales…

La distribution  ou la refonte des players, des timelines et des formats de pages : tous les players sont horizontaux et toutes les mises en avant dans les timelines, pages d’accueil et sur les pages articles sont également horizontales.

 Une révolution si grande qu’elle a très peu été réalisée aujourd’hui

Malgré les annonces de Snapchat, aujourd’hui très peu de médias proposent réellement de la vidéo verticale. Sur les 12 partenaires de son service Discover, tous font des boucles verticales de 3 secondes (proches d’un gif animé) mais seuls Food network et Fusion proposent quelques vidéos verticales complètes.

La seconde initiative importante est européenne : le quotidien allemand Bild produit chaque jour à 10h un JT vertical avec présentateur.

La dernière et probablement la plus rapide appropriation industrielle de la vidéo verticale viendra de quelques annonceurs voulant profiter au mieux de l’audience jeune de Snapchat en acceptant d’investir en image / innovation sur des formats publicitaires spécifiques …

RETROUVEZ L’OFFRE DE CONSEIL VERTONE POUR LE SECTEUR DES MÉDIAS