By: Anne-Sophie Blanchard Breton On: février 11, 2019 In: Digital, Expérience client Comments: 0

Alors que le marché mondial du smartphone est en 2018 arrivé à saturation, IDC estime le CAGR de celui de la smarthome à 31%, avec un doublement de marché à anticiper d’ici 2022.

Parfait reflet de cette tendance, le CES 2019 a fait du secteur l’un des mieux représenté dans ses allées. Alors : simple transfert du pouvoir d’achat ou réelle mutation des usages ?

Des IoT gadgets, avec des cas d’usage encore peu convaincants

Fort logiquement, les segments les plus dynamiques du marché sont omniprésents : pas un stand qui n’arbore son logo Alexa ou Google Home et des ampoules et interrupteurs intelligents à longueur d’allées. Comme en 2018, de nombreuses caméras intelligentes témoignent du dynamisme de la sécurité, segment également extrêmement dynamique. Cette année, le visiteur est également assailli par une pléthore de serrures et sonnettes connectées.

Sans doute à l’affût d’un nouveau segment et souhaitant surfer sur la vague du bien-être et du bio, les constructeurs semblent cette année se ruer de plus sur la qualité de l’air. Entre capteurs, nanofiltres ou même fenêtres connectées, les cas d’usage apparaissent encore assez peu convaincants.

La véritable tendance : un marché qui gagne en maturité

Ne faut-il donc rien en retenir ?

A la visite du CES, ce qui frappe n’est ainsi pas tant l’émergence de nouveaux segments que la convergence entre ceux existants. On assiste en effet à une double montée en maturité :

 

  • D’une part, une plateformisation des IoT

On le sait : l’absence de standard a pénalisé le développement du marché et constitue aujourd’hui un véritable point de douleur pour les clients. Des acteurs proposent ainsi des solutions, sur mesure, en IaaS ou encore sous forme d’équipements plug and play, pour relier entre eux différents objets connectés.

Cette plateformisation permet véritablement l’entrée de l’IA dans les foyers, puisque peuvent dès lors être analysés et croisés des évènements et mesures distincts.

 

  • D’autre part, l’intégration de la voix

Ces plateformes intelligentes se commanderont demain à la voix, soit via les enceintes connectées, soit, et c’est nouveau, directement. Legrand a ainsi présenté un interrupteur intégrant directement Alexa. C’est, là aussi, c’est une histoire de maturité : si Alexa et Google sont partout, c’est pour dépasser à présent l’enceinte-gadget pour s’ancrer directement au sein des systèmes qu’ils entendent piloter.

Le positionnement-cible des deux géants reste aujourd’hui soumis à interprétation ; pour autant, l’on commence à distinguer le gentlemen agreement qu’ils semblent avoir conclu : la maison à Amazon, Google se réservant la mobilité. 

 

Combinés, ces deux mouvements ouvrent la porte à une smart home réellement intelligente et commandée à la voix. Ses cas d’usage restent toutefois à inventer ; ils résident sans doute davantage dans l’organisation de scénarii complets et la coordination d’IoT existants que dans l’ajout de capteurs spécifiques. Du point de vue marché, il est ainsi fort à parier que la croissance s’accompagnera d’une déformation des poches de valeur, au profit de solutions plus intégrées. 

Marianne BENICHOU, avec l’équipe VERTONE CES2019

Trackback URL: http://vertone.com/ces-2019-home-smart-home/trackback/