By: Cécile Damet On: septembre 12, 2019 In: Transports Comments: 0

Aujourd’hui, il n’est pas difficile d’imaginer qu’un voyageur décide de se rendre à la gare à vélo en libre-service, qu’il prenne ensuite le train, pour finalement se rendre à sa destination finale en métro. Mais on pourrait aisément remplacer le vélo par un VTC, et le métro par un scooter électrique : les combinaisons sont quasiment infinies. La multiplication des modes de transport a entrainé la naissance du voyageur multimodal, rendu possible grâce aux hubs de voyageurs : le point d’interface de tous ces différents modes de transport. On observe une baisse tendancielle de la voiture individuelle au profit des modes collectifs qui favorise la croissance des hubs. Prenant alors de plus en plus de place dans leur vie quotidienne, les hubs se transforment au rythme des nouveaux besoins des voyageurs. Quels sont alors leurs nouvelles attentes ? A quels enjeux les acteurs des transports doivent-ils alors répondre ? Comment les hubs de voyageurs vont-ils évoluer ?

Un enjeu concernant la France entière

Tout d’abord, l’intermodalité et l’évolution des hubs est un enjeu particulièrement important dans les grandes villes. En effet, d’après l’étude 2019 Deloitte Global Automotive Consumer Study, seulement 20% des Français utilisent plusieurs modes de transport lors d’un même trajet au moins une fois par semaine. En revanche, d’après l’étude Keoscopie International 2019 réalisée auprès des Français habitants uniquement les villes de Paris, Lyon et leur périphérie, ce phénomène est bien plus important dans les grandes villes. On voit alors que 45% d’entre eux utilisent systématiquement ou presque un autre mode de transport avant les transports en commun.

Plusieurs modes de transport pour un même trajet
Part des répondants utilisant différents modes de transport pour un même trajet – par ville – Keoscopie 2019

Les zones urbaines ne sont pas les seules à bénéficier des hubs. En effet, si l’on souhaite réduire la dépendance à la voiture individuelle des zones rurales et périurbaines, il faut alors construire d’autres hubs dans ces zones. De plus, en encourageant leurs habitants à privilégier les modes de transport collectifs, on favorisera une consommation plus responsable et respectueuse de l’environnement. Cela permettra également de désengorger les villes des voitures et améliorer la qualité de vie dans les villes, en réduisant la pollution de l’air, en augmentant le nombre de rues piétonnes, etc. Ces hubs devront alors prévoir plus de moyens de transport qui permettent de parcourir facilement de longues distances, comme les TAD, et concevoir des nombreux parkings pour tous types de véhicules particuliers.

Des hubs de voyageurs plus digitaux

Le trajet est souvent perçu comme une contrainte. Les voyeurs sont alors à la recherche du meilleur trajet, le plus court, le plus facile, mais aussi en fonction de leurs modes de transport préférés. Afin d’assurer cela, les voyageurs ont besoin d’informations en temps réels, d’une fluidification du parcours et d’une expérience personnalisée.

Le numérique vient alors en complément du physique. Les Français utilisent déjà énormément leur smartphone afin de planifier leurs trajets. En effet, l’étude Keoscopie montre que 88% des Français interrogés possèdent un smartphone, et l’utilisent pour planifier leurs trajets. D’après la même étude, 59% des Français interrogés utilisent leurs applications de transport au moins une fois par semaine pour rechercher le meilleur itinéraire en fonction de leurs préférences, 56% pour la consultation de plans, et 41% pour être informés directement via des notifications et des alertes. On peut alors s’appuyer sur cette utilisation du digital pour imaginer le hub phygital de demain. Par exemple, par le canal digital, les voyageurs pourront être identifiés afin qu’une offre adaptée non seulement une offre adaptée aux préférences des voyageurs mais aussi à leur situation personnelle leur soit proposée. Cela apporterait également de la simplicité car l’information serait disponible en temps réelle. Et, grâce à la présence de plusieurs modes de transport dans le hub, de nombreuses alternatives seraient disponibles en cas d’imprévu, pour un parcours toujours plus fluide. Cette fluidification du parcours serait également rendue possible grâce à l’avènement de plateformes multimodales comme celle annoncée par Moove Technologies le 14 juin 2019. Cette plateforme sous forme d’application mobile permettra de comparer les alternatives de trajets proposés par des acteurs tels que Uber, la RATP ou encore la SNCF et Thalys. Les voyageurs pourront même payer leurs billets de trains SNCF sans quitter l’application.

Des hubs de voyageurs plus serviciels, de véritables lieux de vie

De plus, le hub doit être plus qu’un espace de transit. Avec l’urbanisation croissante de nos sociétés, le hub devient un lieu de convergence naturelle et de vie. Les hubs peuvent alors intégrer de nouvelles activités hors transport et mélanger voyageurs et habitants au sein d’une même structure. Ainsi on améliorerait l’expérience voyageur, en permettant par exemple de faire quelques courses en rentrant du travail, récupérer un colis, effectuer une démarche administrative en attendant son bus, etc. Le voyage ne serait donc plus vécu comme une perte de temps, mais plutôt comme une simple étape de la journée.

Ensuite, Les hubs ne doivent pas seulement permettre un accès plus facile aux différents modes de transport, ils sont aussi une opportunité pour redynamiser un quartier et créer du lien social grâce à la création de véritables lieux de vie. Dans cette optique, des travaux de transformation de la Gare du Nord à Paris débuteront dès 2020 jusqu’en 2023. Le projet prévoit un coût de 600 millions d’euros pour réaménager la gare et proposer à la fois un développement de l’intermodalité avec, entre autres, un nouveau terminal de départ, un agrandissement du terminal Eurostar, de nombreuses solutions digitales, 1200 places de stationnement de vélos, mais également une création d’espaces pour faire de la Gare du Nord un lieu de vie. Elle comportera une académie européenne de la culture sur 2000 m², un espace de coworking, une salle de sport et une piste de trail sur les toits ! La Gare du Nord deviendra donc un lieu incontournable de la vie parisienne et un pôle intermodal majeur.

Images via parisfutur.com

La transformation des hubs de voyageurs est une étape majeure du développement urbain et de l’avènement des smart cities. La meilleure conception et la digitalisation des hubs sera à l’origine d’une amélioration de la satisfaction des voyageurs mais aussi de ceux qui profiteront des nouveaux lieux de vie. Cependant, afin que ces derniers puissent voir le jour, il faudra lever les freins concernant la collecte et l’exploitation des données relatives aux utilisateurs et à l’espace, surtout si l’on souhaite mesurer la satisfaction des personnes évoluant dans les hubs en temps réels.

Trackback URL: http://vertone.com/hubs-voyageurs-quelles-evolutions/trackback/