02/12/15

L’essor du e-tourisme

Décryptages

La 13ème édition du baromètre Raffour Interactif est sortie début novembre 2015(1). Ce baromètre détaille les principaux indicateurs français de l’e-tourisme.

Qu’y apprend-on ?

  • 13 milliards € dépensés en ligne dans le tourisme en 2014
  • 71% des français partis en 2014 ont fait leur préparation de voyage en ligne
  • 45% de ces français ont acheté des services de voyage sur internet
  • 32% des français ont utilisé leur smartphone pour préparer leur voyage en 2014 (vs 4% en 2009)

 Notre point de vue :

Dans le secteur du tourisme, la révolution digitale a déjà eu lieu pour les clients : 45% du chiffre d’affaires du tourisme est déjà réalisé en ligne (PhoCusWright, 2014). Les clients ont de plus en plus d’information à leur disposition, à la fois de la part des marques, mais aussi des autres voyageurs via les reviews. Ils comparent les prix, ils souhaitent reprendre la main sur l’organisation de leur voyage, à la recherche de toujours plus de personnalisation et des « bons plans ». Le client dispose désormais gratuitement de systèmes d’informations jusqu’ici réservés aux professionnels, et même d’outils qui lui permettent de se projeter dans son futur voyage : photos des destinations, mais aussi vidéos, et maintenant même, des vidéos en réalité augmentée…

Mais d’un point de vue marché, les impacts de cette révolution digitale vont encore fortement changer la donne : ce sont désormais les pures players qui structurent à la fois l’économie du marché et les usages des clients : Priceline, la maison mère de booking, est valorisée à 62 milliards de $, soit pas moins que le double du nouveau géant hôtelier formé par Marriott et Starwood ! En France, Tripadvisor et Booking.com sont devenus de véritables carrefours d’audience attirant chacun plus de 5 M de visiteurs uniques chaque mois. Les acteurs historiques subissent encore pour la plupart cette transformation et vont devoir adapter leur modèle de distribution à cette nouvelle équation économique.

Il y a fort à parier que les groupes « traditionnels » qui survivront seront ceux qui réussiront à se différencier en cultivant leurs spécificités produits, et notamment ceux qui sauront s’appuyer sur leur rôle d’opérateur pour proposer une expérience client unique. Le digital pourrait alors redevenir pour eux un vrai atout, en l’intègrant totalement au parcours des voyageurs, en apportant une vraie valeur ajoutée aux clients lors de leur transport, sur place, et au retour de leur voyage.

L’usage du digital dans l’expérience de voyage pourrait bien être une des clés pour éviter que les pure players ne préemptent définitivement la relation avec les clients.

(1) www.ecommercemag.fr – Baromètre Raffour Interactif

Retrouvez l’offre de conseil VERTONE dans le secteur du tourisme