01/08/19

Expérience Propulse : it’smycar revient sur l’édition 2018 de VERTONE Propulse

Événement

« Le réseau et l’enthousiasme sont primordiaux pour faire d’une start-up un succès »

It’smycar est une start-up fondée en 2015 par Sarah Prévot, labellisée lors de l’édition 2018 du Concours Propulse. Sarah Prévot nous présente le concept innovant de it’smycar ainsi que sa vision de l’entrepreneuriat, puis nous raconte comment elle a vécu le Concours Propulse.

vertone propulse it'smycar
Sarah Prévaut, fondatrice et directrice de it’smycar

It’smycar en quelques mots…

It’smycar c’est de la pub sur des voitures. C’est un media qui permet aux automobilistes de jouer le rôle de mini-influenceurs pour des marques.

Le principe : permettre aux entreprises de mettre en place des campagnes publicitaires de street marketing localisées et à moindre coût. Les campagnes de communication réalisées sont imprimées sur des stickers qui seront ensuite collés sur les voitures des particuliers. A la fin de chaque mois de campagne, les automobilistes ambassadeurs reçoivent des produits, des cartes carburant ou des bons d’achat.

Quels ont été pour vous les principaux challenges auxquels vous avez dû faire face lors des débuts de votre aventure dans l’entrepreneuriat ?

Développer le site internet, trouver des financements, trouver les premiers clients mais aussi les automobilistes intéressés.

Par quoi se caractérise selon vous l’état d’esprit entrepreneurial ?

Pour moi l’entrepreneuriat c’est la volonté de toujours avancer quoi qu’il en soit, de toujours rebondir et d’entrainer un maximum de personnes derrière votre projet.

Quelles sont les réalisations dont vous êtes la plus fière ?

Actuellement nous prenons nos propres bureaux à Boulogne, on sera enfin chez nous ! Cela a été possible grâce à une levée de fonds d’un million d’euros. On a également réalisé de très belles opérations, je peux citer notamment dernièrement la publicité pour PNL en collaboration avec Uber (it’smycar s’est associé à Uber pour floquer intégralement des voitures de chauffeurs professionnels aux couleurs du dernier album du groupe PNL).

Comment décririez-vous l’esprit du concours Propulse ?

Je l’ai vécu comme un concours sympa qui permet de rencontrer d’autres start-ups avec lesquelles on peut créer des liens. La session pitch était vraiment intéressante, c’est un exercice que j’apprécie beaucoup personnellement. Mais je dirais que Propulse, c’est avant tout un lieu de rencontre.

Le réseau est primordial pour une start-up qui se lance, comment est-ce que vous avez développé et géré votre réseau ?

Je n’avais pas de réseau personnel. J’ai créé mon entreprise à la sortie de l’école donc j’ai pu bénéficier un peu du réseau de mon école, ensuite j’ai participé à plusieurs concours, des meetups, des afterworks, des conférences… Le réseau est une vraie valeur chez moi. J’ai travaillé très tôt le développement de mes divers réseaux car c’était selon moi un atout important.

vertone propulse entreprenariat
Un exemple de campagne it’smycar

Quelle a été votre stratégie pour vous démarquer des autres concurrents ?

Être moi-même et donner envie aux gens d’en savoir plus, il faut rester naturel, se montrer ouvert, parvenir à capter l’attention du jury et faire en sorte que les personnes en face de vous ne s’ennuient pas. On a réussi à générer des réactions de leur part, beaucoup de questions, donc ça a suscité l’intérêt et on était satisfaits pour cette raison.

Sur la base de votre expérience, auriez-vous des tips pour les futurs candidats au concours Propulse ?

Montrer qu’on est passionné par son sujet et l’entrepreneuriat. Et surtout avoir un discours clair et simple, comme si on parlait à un enfant de 5 ans. Ça c’est vraiment la base du pitch, il faut savoir s’adapter à son interlocuteur. Quand on fait découvrir un projet, il faut se dire que la personne en face n’y connait rien donc cela ne sert à rien d’utiliser un jargon compliqué ou de faire des longues phrases. Il faut savoir aller au plus simple, au plus direct et avec du dynamisme.

Et par la suite, depuis 1 an, que s’est-il passé pour vous en plus de votre levée de fonds et de la location de vos nouveaux locaux ?

Multiplication par 5 du chiffre d’affaires, des effectifs qui ont doublé… Globalement que des bonnes nouvelles ! L’été s’annonce sportif, mais toujours en positif. Globalement on peut dire que tout roule pour nous. Maintenant l’enjeux majeur est de nous faire connaitre au maximum auprès du grand public mais aussi auprès des entreprises. Ce dont on a besoin c’est de plus de notoriété. Nos clients sont satisfaits et reviennent vers nous ce qui est très positif, maintenant il faut aller plus loin et se faire connaitre en mass market. Pour cela on a une stratégie presse, on travaille aussi sur des partenariats avec des grands comptes et concernant le B2B on a une approche spécifique auprès des agences et des régies publicitaires.

Pour conclure, 3 conseils à donner pour se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Tout d’abord, je dirais ne pas avoir peur de se planter, dédramatiser le potentiel échec. Il faut oser des choses, accepter de prendre des risques et faire du test and learn. Ensuite, il faut se faire plaisir. Si on a sa propre boite, c’est aussi pour s’éclater, donc se permettre des approches un peu fun et innovantes. C’est mon idée de l’entrepreneuriat.


Ca vous intéresse ? Candidatez au concours VERTONE Propulse !

Entretien avec Sarah Prévot, Fondatrice et dirigeante de it’smycar, réalisé par Charlène Delcourt, Consultante VERTONE