11/01/24

Titre de transport unique : quels bénéfices pour les français et quels défis pour les acteurs de la mobilité engagés dans sa réalisation ?

Dans un cadre où la réglementation et les usages évoluent en matière de mobilité, et dans la lignée des travaux initiés par Clément Beaune à la suite de l’Hackathon « Titre de transport de demain » de février 2023, un momentum d’alignement semble profiter à l’idée d’un « Titre de Transport Unique » en France. Avec l’objectif de « mettre de la facilité » dans les déplacements du quotidien, le titre unique offrirait à tous les français la possibilité de circuler sur tous les réseaux de transport et de mobilités partagés grâce à une démarche d’achat unique avec un seul support physique ou dématérialisé, à l’instar des initiatives récemment mises en place en Allemagne ou en Autriche.

Si le projet « Titre de Transport Unique » permet de répondre à plusieurs préoccupations sociales et environnementales de la population française, il implique également de grands défis pour les acteurs publics et privés engagés dans sa réalisation.

Plusieurs éléments ont incité les acteurs du transport à envisager un “titre unique de transport” en France

L’évolution réglementaire en faveur du report modal, les nouveaux usages digitaux et le développement d’initiatives de titres de transport uniques en Europe et à l’échelle mondiale offrent aux acteurs du secteur des transports en France un contexte d’innovation propice à la réflexion d’un projet similaire dans le pays.

La réglementation favorable à l’essor du report modal et à la multimodalité

La promulgation de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), le 24 décembre 2019, a créé le terreau favorable au concept de Mobilités, multi et intermodales et posé les premières briques pour dessiner des trajets sans couture pour le plus grand nombre. 

Sur fond d’urgence environnementale et pour assurer la satisfaction usager, l’ambition est néanmoins multiple et vise à faciliter les transports au quotidien, inciter le développement de modes de transports plus respectueux de l’environnement, en lien avec le Plan climat (Réduction de 37,5% des émissions de CO2 d’ici 2030), également moins chers.

Toujours dans une logique d’amélioration de la qualité de service pour les usagers, des réglementations complémentaires et spécifiques à des modes de transports se multiplient, à l’instar du PRR, afin de favoriser le développement du report modal. 

Le développement de nouveaux usages digitaux, en particulier pour la vente de titres de transports

S’il est indéniable que le report modal et l’intermodalité se démocratisent, les évolutions des usages passent également par le développement des titres dématérialisés pour tous les modes de transports (ferré, urbain…) et sur l’ensemble du territoire, à l’instar du Pass Rail impulsé pour 2024. Selon l’observatoire de la mobilité 2022 Ifop, 22% des usagers se déclarent en faveur de la dématérialisation des achats et validation, ou encore des parcours sur smartphone (45%).

L’essor des initiatives de titre unique en Europe et à l’international

Le titre unique semble aujourd’hui être un moyen central pour inciter les usagers au report modal, qui y voient des avantages financiers, pratiques et écologiques. Les initiatives sont nombreuses en Europe, et permettent d’ores et déjà de tirer quelques retours expérience pour alimenter la concertation nécessaire entre les parties prenantes.

Lancé en mai 2023 pour soutenir la population face à l’inflation tout en favorisant l’usage des transports moins polluants, le Deustschlandticket fait figure de référence pour le projet français, en tant qu’abonnement de transport unique offrant un accès illimité aux bus, métros, trains locaux et régionaux en Allemagne, pour 49€ par mois.

Le projet de création d’un titre de transport unique en France présente de multiples bénéfices

La mise en place d’un titre unique en France permet de promouvoir le recours aux transports en commun, et ainsi de répondre à plusieurs enjeux sociaux et environnementaux :

  • Accès simplifié et gain de temps : Faciliter les démarches et éviter les pertes de temps liées à l’achat de multiples billets ou abonnements lors de voyages impliquant un changement de réseau.
  • Intermodalité facilitée : Faciliter les interconnexions entre les différents modes de transport pour offrir aux utilisateurs une meilleure continuité et limiter le recours partiel au véhicule individuel.
  • Mobilité plus durable : Faciliter le report modal vers des moyens de transports collectifs plus écologiques (train, tram, métro, bus…) pour une diminution de la dépendance aux véhicules individuels, de la congestion routière associée et des gaz à effet de serre et autres polluants émis.
  • Économies pour les usagers : Soulager le budget voiture qui pèse sur les ménages avec la hausse des prix l’énergie et offrir des tarifs plus avantageux aux voyageurs réguliers.

La portée nationale du projet exige de la part des acteurs privés et publics concernés de relever plusieurs grands défis

La portée nationale du projet de titre de transport unique nécessite une collaboration agile et itérative entre les différents acteurs de la mobilité pour assurer la pertinence de l’offre sur tout le territoire, identifier les spécificités associées et surtout répondre aux attentes et aux avantages qu’elle promet pour les usagers français.

Construire une proposition de valeur pertinente pour les usagers et les opérateurs

Affiner la proposition de valeur pour les usagers et les opérateurs, en l’enrichissant au fil de l’eau, notamment via des discussions sur l’intégration tarifaire, est un défi essentiel. En parallèle, il est crucial de valider la fonctionnalité de la solution lors des tests en vue de son déploiement, tout en établissant des choix stratégiques, comme la validation des parcours et des modes de paiement. En outre, il faut tenir compte des diverses contraintes techniques, économiques et des spécificités régionales.

Garantir des parcours usagers simples, fluides et uniformes

Identifier tous les scénarios spécifiques au Titre Unique (gestion des services après-vente, fraudes, situations particulières des clients tels que les personnes à mobilité réduite (PMR)…), créer une expérience utilisateur cohérente dans toutes les régions, tant au niveau des applications/interfaces/réseaux de distribution de l’ensemble des parties prenantes et des opérateurs de transports que sur le terrain et assurer la centralisation et le partage sécurisé des données des usagers avec toutes les parties prenantes impliquées sont trois défis clés pour garantir un haut niveau de satisfaction client.

Expérimenter tout en préparant un passage à l’échelle de façon responsable

Planifier méthodiquement la conception et les déploiements est essentielle pour assurer l’atteinte des objectifs en termes de qualité, de délais et de coûts et aborder la complexité inhérente à la mise en place du Titre Unique, offrant des enseignements précieux. Il est ainsi vital d’enrichir continuellement la solution cible à chaque étape en tirant parti des retours des utilisateurs, dans une perspective d’amélioration continue.

L’expérimentation peut aussi aider à anticiper les flux financiers afin de relever le défi d’une juste répartition des recettes entre les différents transporteurs et collectivités locales concernés.

Embarquer et aligner les parties prenantes et publiques 

Cadrer une solution déployable dans la réalité des différents acteurs et attractive pour toutes les parties prenantes (autorités organisatrices régionales et locales, acteurs privés, exploitants, usagers…) dans une logique de concertation holistique, et concevoir les moyens de communication et d’acculturation nécessaires dès le lancement du projet, et les faire vivre. On note également le défi de mettre en place et de maintenir une gouvernance efficace du projet pour assurer sa pérennité et sa progression au fil du temps.

Se conformer aux exigences réglementaires et sécurité en vigueur et à venir

Garantir les plus hauts standards de qualité concernant le traitement des données personnelles des usagers pour respecter les orientations du RGPD, tout en permettant de sous-tendre une vision client unifiée et partagée par toutes les parties prenantes. Construire un écosystème fiable en adressant le volet Cybersécurité et se conformer aux réglementations propres au métier du transporteur/de la mobilité pouvant impacter, à l’instar du Passenger Rights Regulation (PRR) et assurer une contractualisation robuste et agile entre les acteurs concernés par le Titre de Transport Unique. Il est aussi important d’anticiper les réglementations à venir, notamment liées au développement de l’Intelligence Artificielle.

Il est essentiel que l’évolution de l’offre de transport accompagne cette démarche, en garantissant aux usagers des critères tels que la qualité ou la fréquence de services. Cela est nécessaire pour stimuler le changement de comportement vers l’utilisation transports plus durables, et encourager un réel transfert modal.

Grâce à son expertise dans les domaines du transport, du marketing, de la gestion de projet et de l’accompagnement au changement, VERTONE est persuadé de l’existence de plusieurs éléments essentiels à la réussite d’un projet de titre de transport unique en France.

Ainsi, s’il est avant tout essentiel de capitaliser sur les expériences passées, construire une offre attractive pour les acteurs publics, privés et les usagers permet de maintenir une consultation continue et d’obtenir l’adhésion nécessaire à la réussite du projet. Une approche agile par l’expérimentation permet d’identifier les domaines d’amélioration avant un déploiement à grande échelle.

Enfin, une communication efficace et une conduite du changement sont nécessaires pour promouvoir l’offre et assurer son adoption par les usagers et les agents impliqués.

Un article rédigé par

Elise C
Elise C

Senior Manager

Agathe D
Agathe D

Consultante

Alexandro P
Alexandro P

Partner