22/07/20

Les Pros & la crise du Covid-19 : qui sont les gagnants et les perdants ?

Décryptages

Pas un jour sans que les informations dont nous disposons sur l’état économique de la France après le confinement soient contrastées voire contradictoires : le Premier Ministre qui annonce le 16 juillet dans son Discours de Politique Générale que la récession attendue pour 2020 est de 11% du PIB ; le Directeur Général du Crédit Agricole, Philippe Brassac, qui confirme le 7 juillet sur BFM Business que les chiffres dont il dispose sur le volume des paiements montrent que « la reprise économique est plus forte que prévu » ; tel restaurateur parisien qui constate malgré une belle terrasse qu’il est encore à 70% de son activité normale…

Difficile d’y voir clair sur le marché des Professionnels ! Nous avons cherché à répondre à la question que tout le monde se pose : quels sont les Pros qui ont été renforcés durant la crise ou qui redémarrent et ceux qui sont durablement ralentis ? 

Les conclusions de nos analyses font apparaître 3 groupes de Pros / secteurs d’activité qui connaissent et anticipent des perspectives économiques très différentes. Le premier regroupe des secteurs dont le confinement n’a pas durement entamé leur activité. Le deuxième groupe, à l’inverse, a été largement perdant pendant cette période. Enfin, le troisième regroupe ce que nous pourrions qualifier de « ventre mou » avec l’ensemble des autres secteurs qui pour l’instant ne sont pas en grande fragilité mais pour lesquels les perspectives de reprise franche sont éloignées. Nous avons choisi de ne pas détailler ce dernier groupe.

Les Pros « gagnants » du confinement

Le premier groupe identifié est celui des « chanceux » ou les « gagnants » qui ont traversé le confinement sans encombre voire avec un développement de leur activité et/ou qui constatent une reprise ferme de leur chiffre d’affaires depuis le déconfinement :

  • L’Alimentaire et notamment les commerces de proximité, le bio et les circuits courts
  • La Santé et les Soins aux Particuliers
  • Le BTP qui bénéficie du redémarrage des chantiers et qui pourra compter sur une reprise des investissements publics
  • La réparation automobile, dont la reprise d’activité pourrait toutefois être ponctuelle (impact de la sortie du confinement alors que les véhicules n’ont pas roulé pendant plusieurs semaines et du plan de relance automobile)
  • L’informatique et le conseil IT avec une forte proportion de Freelances
  • La logistique et les transports de marchandises qui ne se sont jamais vraiment arrêtés
  • L’immobilier qui bénéficie d’un fort engouement des Français (un niveau record de plus de 300 000 simulations de crédit immobilier sur le site web du Crédit Agricole en juin) avec une reprise rapide des transactions
  • Le bricolage et l’aménagement intérieur

Les Pros « durablement fragilisés »

Sans surprise, nous retrouvons dans cette catégorie :

  • Les cafés, hôtels & restaurants et plus généralement le secteur touristique, qui ne bénéficient plus pour l’instant de la marque France comme 1ère destination touristique mondiale
  • Par extension, l’aéronautique et le ferroviaire
  • Le textile, secteur en difficulté avant le confinement, qui voit s’enchaîner les dépôts de bilan des grandes chaînes, et par répercussion ceux des franchisés
  • La communication et plus largement l’évènementiel avec l’annulation des festivals, concerts, et autres mariages
  • La culture dans son ensemble, même si le secteur devrait bénéficier d’un plan de soutien ambitieux (cf notre article et infographie sur le sujet)

Il s’agit certes d’une analyse macro qui décrit une tendance pour chaque secteur d’activité. Tel Pro bien installé dans son territoire ou a contrario en difficulté depuis quelques années fera figure d’exception. Et le plan de relance du Gouvernement en cours de finalisation, le niveau de consommation des Français ou l’évolution de la situation sanitaire sont autant de facteurs qui peuvent améliorer ou dégrader les perspectives de certains secteurs et par voie de conséquence de certains types de Professionnels.

C’est pour cela que nous mettrons à jour régulièrement notre analyse pour guider et accompagner nos clients, nos collaborateurs et partenaires dans leur appréhension du marché des Professionnels.

Article rédigé par Sébastien Mahieux-Bibé et Gaëtan Eon Duval

Note des auteurs – Notre analyse s’appuie sur un ensemble d’études complémentaires, car combinant différents indicateurs faisant apparaître des convergences :

  • L’enquête ACEMO DARES qui interroge les chefs d’entreprises de plus de 10 salariés. Notre analyse se base sur l’enquête flash spéciale COVID-19 de Juin 2020 qui évalue notamment les perspectives économiques anticipées par les chefs d’entreprise par secteur d’activité.
  • L’enquête mensuelle de conjoncture de la Banque de France (vague de Juin pour des prévisions sur le mois de Juillet 2020) qui permet de connaitre le jugement des entreprises sur le niveau de reprise de leur activité à court terme.
  • Les études & analyses documentaires VERTONE que nous menons au fil de l’année sur l’ensemble des secteurs d’activités