30/10/19

La mixité des usages des bâtiments, une nouvelle norme urbaine #2

Décryptages

Si vous n’avez pas lu la première partie de l’article, retrouvez-là ici.

Alors que dans les années 1960-70 les urbanistes séparaient les habitations des activités professionnelles, aujourd’hui les grands projets urbains tendent à réunir ces fonctions pour créer un quartier à l’échelle d’un immeuble. Les immeubles se transforment et deviennent multifonctions. On assiste à une volonté claire des métropoles de favoriser la mixité des usages des bâtiments pour pouvoir créer une effervescence à l’intérieur même d’un quartier.

La mixité des usages des bâtiments, une tendance clairement identifiable dans les projets AMÉNAGEMENT innovants en Ile-de-France

Depuis 2014, la ville de Paris et la Métropole du Grand Paris organisent des appels à projets innovants (API) pour répondre aux nouveaux enjeux sociaux et environnementaux. En observant les grands lauréat des concours « Réinventer Paris 1 » (1ère édition lancée en 2014 par Anne Hidalgo) et « Réinventer Paris 2 » (2ème édition de 2019 visant à exploiter le potentiel inexploité des sous-sols parisiens)« Inventons la Métropole du Grand Paris »  (1ère édition en 2016 et 2ème édition en 2018) ou encore « Réinventer la Seine », de grandes tendances de fond se dégagent :

  • 50% des projets des lauréats sont intègrent la mixité des usages (combinent immobilier résidentiel, tertiaire et commercial) – Exemple : « La cité universelle » est un projet remporté par Ga Smart Building pour construire sur le terrain situé au 10-19 rue de la Marseillaise un premier immeuble dédié aux handisports. On retrouvera à la fois des salles de compétition, des bureaux, ou encore une résidence hôtelière.
aménagement innovant
La cité universelle, Paris 19ème
  • De plus en plus de propositions sont thématisées (un thème central qui sera par la suite décliné sur l’ensemble des activités connexes) – Exemple : « La cité ludique » est un projet remporté par Nexity pour transformer l’ancien poste Enedis de 7130m2 au 67-69 Bd de Charonne (11ème) dans un véritable écosystème autour du jeu, virtuel, réel, intergénérationnel et ouvert à tous.
mixité des usages des bâtiments à Paris
La cité ludique, Paris 11ème
  • Les projets conçus sont souvent ouverts sur l’extérieur et sur la ville du quartier – Exemple : « Morland Mixité Capitale » est un projet par Emerige dans le 4ème arrondissement de Paris, qui prévoit la création d’une rue interne accessible au public, faisant office de passage vers les quais de Seine.
mixité des usages des bâtiments - projet ouvert sur l'extérieur - VERTONE
Morland Mixité Capitale, 4ème Paris
  • 75% des projets comportent un volet végétal majeur et même des formes d’agriculture urbaine
    • Exemple : « Milles arbres » projet de La Compagnie de Phalsbourg est une véritable forêt de 60.000m2 au-dessus du périphérique à Porte Maillot abritant des immeubles d’habitation, des bureaux, un hôtel, des restaurant et une gare routière.
    • Exemple : « La plus grande ferme urbaine en toiture au monde » est un projet très ambitieux lancé par l’entreprise Agripolis, spécialisée dans les fermes urbaines. Le projet prendra vie au printemps 2020 et regroupera 14,000 m2 de terrain aménagé sur l’un des toits des pavillons du parc d’exposition de Porte de Versailles. A termes, cette ferme pourra produire près d’une tonne de nourriture par jour.
mixité des usages des bâtiments avec volet végétal - VERTONE
Milles arbres, Paris 17ème

Les acteurs privés et publics s’allient pour aménager la ville de demain

Afin de dégager une vision commune de la ville durable de demain et pour garantir une meilleure qualité de vie, les acteurs privés et publics s’allient pour réfléchir ensemble aux projets urbains de demain.

Les appels à projets urbains innovants (APUI) ont vu le groupement de plusieurs opérateurs privés (agences d’architecture, bureaux d’études) et des acteurs publics pour proposer des projets immobiliers innovants. Dans ce nouveau type de partenariat, les collectivités territoriales lancent des consultations auxquelles un ou plusieurs acteurs privés se chargent du montage, de la programmation et du pilotage de l’opération. L’innovation naît à la fois des nouveaux usages et modes de vie que la programmation identifie (espaces mixtes, co-working, Fablab…) ainsi que des dernières avancées technologiques en termes de matériaux sourcés par les constructeurs (efficacité énergétique, nouveaux modes de construction…).   

Un autre exemple que nous pouvons citer sont les nombreux groupes de réflexion qui émergent autour de différentes thématiques comme l’agriculture urbaines, l’approche bioclimatique ou encore les montages financiers. Le réseau « Commerce, ville et territoire » est un groupe de réflexion lancé en 2017 pour apporter des solutions à l’apparition croissante des friches commerciales. Son objectif est de construire une vision partagée de la place du commerce de demain dans l’aménagement des territoires. Piloté par le Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, il se donne pour vocation de centraliser et de diffuser les bonnes pratiques et de faire dialoguer les acteurs opérationnels, privés et publics de l’aménagement, de la ville et du commerce.  

CONCLUSIon

L’hybridation des codes et des pratiques dans le secteur immobilier voit l’apparition croissante de bâtiments à usage mixte. Les frontières entre l’habitat, le travail et les loisirs se brouillent pour proposer des tiers-lieux innovants pouvant répondre à une multitude de besoins. La mixité des usages des bâtiments n’est ni plus ni moins qu’une illustration de la mixité sociale couplée au resserrement du maillage territorial français.

Article rédigé par Ioana BRATOSIN

Source de l’image mise en avant