19/10/15

La vente en ligne s’invite à bord des transports publics urbains !

Décryptages

L’achat en ligne est aujourd’hui ancré dans les usages des français : 63 % des internautes français ont acheté en ligne au 3ème trimestre 2014 (+3 pts) selon la FEVAD et les ventes devraient  atteindre 60 milliards d’euros en 2015 selon Reuters France.

Le secteur des transports publics urbains n’échappe pas à la digitalisation des ventes avec deux innovations majeures :

  1. L’e-boutique web et mobile : elle permet au client d’acheter un titre de transport dématérialisé (ex : ticket reçu sur mobile ou par email) et de recharger son abonnement à distance. A Londres l’opérateur TFL propose à ses clients de recharger directement leur Osyter Card en ligne.
  2. Le M-Ticket : il s’agit de la dématérialisation du titre de transport sur un terminal mobile, permettant au client de l’utiliser comme support de validation. Keolis a annoncé en septembre 2015 l’intégration des technologies NFC U’Go développée par la CTS à Strasbourg, et code-barre 2D par Masabi, utilisée à Londres, au sein de son application « PlanBookTicket ».

Toutes les études démontrent que ces innovations répondent à des besoins des voyageurs : accès rapide à l’information, achat de titres de transport sans attente aux guichets ou aux bornes, et validation aisée même lors des heures de pointe.

Du côté des opérateurs, la vente en ligne répond à la stratégie de distribution en désengorgeant les canaux traditionnels (agences, dépositaires, bornes de rechargement), en optimisant les coûts de distribution (coûts de traitement en agence, en back office…) et en modernisant l’image des opérateurs.

La tendance dans les transports publics est donc bien celle d’un glissement des ventes vers le digital même si cette mutation en reste à ses balbutiements : 11% seulement des personnes interrogées dans une étude réalisée en juillet 2014 par l’IFOP pour Transdev déclarent préférer acheter sur Internet et mobile.

Pour qu’elle soit complète, cette mutation devra s’accompagner d’une modernisation des infrastructures de contrôle et validation, l’utilisation de titres dématérialisés nécessitant des interconnexions avec les systèmes existants de billettique et télé-billettique sur des technologies récentes et homogènes.

Un chantier majeur donc pour les opérateurs de transport public pour les années à venir !

Amira Gharbi et Laetitia Faliere

Retrouvez l’offre de conseil VERTONE du secteur des transports